Ciel de novembre (sonnet)

Lorsque tout s'assombrit dans le ciel de minuit;
Le long du boulevard, passant par les ténèbres,
On entend fredonner dans l'air, des chants funèbres;
Venant des profondeurs du monde de la nuit;

errant, tous les esprits en quête de repères;
Divaguant dans des lieux les plus ou moins hantés,
Condamnés à roder jusqu'à l'éternité,
Tout au fond du néant dépourvu de lumière.

Quand tous les revenants sombrent dans le brouillard,
L'atmosphère est aussi glaçante que mortelle,
Gris, le climat paraît de plus en plus blafard,

Car, ci-git l'Univers, de la perpétuelle
De l'ultime voyage après le corbillard;
Où l'on prend son billet pour la vie éternelle.

Michel.W.Reveecrire 2019.

texte protégé