Elle.

Quant à peine vêtue d'un tissu transparent;
Couvrant juste à moitié ses tétons magnifiques,
Sous un mini corsage ô combien aguichant;
Incitant aux désirs et plaisirs érotiques.

En laissant entrevoir entre ses seins d'albâtre
Dans un décolleté plongeant et généreux,
Une lueur d'espoir à tous les curieux,
Qui rêvent ardemment, humer ce feu de l'âtre

Dormant comme un volcan, et peut se réveiller
Au moindre effleurement d'une simple caresse;
Car, rien qu'un seul baiser pourrait bien ranimer
Ce brasier endormi, en manque de tendresse.

Jouant de sa superbe et de son influence,
Ainsi de sa beauté, pour briser les tabous
Sur le sexe et l'amour, dû à son insolence
Elle use de son charme et de tous ses atouts

Pour faire succomber ces mâles redoutables,
Devenus des moutons parmi tous ses amants,
Même les plus machos et les grands donjuans;
Les plus prétentieux aujourd'hui vulnérables.

Michel.W.Reveecrire 2019

texte protégé